"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui regardent et laissent faire !" Albert Einstein

La Corée du Sud impose une fonction "d'autodestruction" sur les smartphones


Dorénavant, les smartphones devront embarquer un dispositif capable d'être activé à distance pour les rendre inutilisables a décidé Séoul. Samsung et LG sont les premiers à le mettre en place.

En 2013, plus d’un million de smartphones ont été perdus ou volés en Corée du Sud. Après plusieurs mois de discussions avec les géants de l'électronique, le ministère sud-coréen de l'Industrie et des technologies de communication vient d’annoncer, en cette mi-avril 2014, que tous les appareils vendus dans le pays devront désormais être équipés d'une option "kill switch".

Séoul espère ainsi faire baisser la délinquance et mieux protéger les données personnelles des propriétaires de smartphones. L’option "kill switch" permettra d’activer à distance une destruction des données et rendra l’appareil inopérant. Samsung aurait déjà installé ce système sur son Galaxy S5 et le fera ensuite sur tous ses autres appareils. LG devrait suivre le mouvement et installer ce dispositif sur sa prochaine gamme disponible sous quelques semaines.

Actuellement, Apple, Sony ou encore Blackberry et Android proposent des services permettant d'effacer des données sensibles à distance. Mais le téléphone reste utilisable.

Un projet de loi en Californie 

Aux Etats-Unis aussi, on débat autour d'une telle fonction. Si certains l'appellent de leurs voeux, beaucoup d’opérateurs rechignent. Ils craignent de perdre les revenus générés par les assurances contre le vol et la vente d’appareils de remplacement. Ils préféreraient de loin l’établissement d’un listing des appareils perdus ou volés.

Néanmoins un mouvement est en marche. Ainsi, en Californie, certains élus ont déposé un texte exigeant que les appareils portables vendus dans cet Etat à partir du 1er janvier 2015 soient munis d'une fonction de désactivation à distance.